Retour

Du 12 juin au 29 août 2021

Du mardi au dimanche de 14h à 18h

52 Hertz

Site de Montauban-Buzenol

Exposition

Didier Mahieu, Bento (Florian Mahieu, Charles Palliez, François Willemarck), Futur Primitif (Emmanuel Bérard, Corentin Mahieu, Charles Wendehenne)

Lire plus

Fermer

52 HERTZ

Au cœur de l’espace, du lieu, du temps, de la réflexion, de la création picturale et plastique, la 52 Hertz*, baleine solitaire, singulière, où ne reste que la carcasse vide comme témoin de son corps.

De Dolceacqua** à Montauban, un déplacement (le sacre du déplacement), un itinéraire parfait pour cette route volontairement sinueuse, entre mythes, disparitions et reconstructions.

À Montauban, nouveau méridien, nouveau port d’attache, un corps de baleine, une absence de corps, avec lesquels Didier Mahieu et l’équipage des six jeunes architectes et designer (Bento et Futur Primitif) vont eux-mêmes faire corps, dans une osmose spirituelle et/ou physique.
Métaphore artistique d’une Odyssée où les choses échouées donnent sens à l’histoire passée et future. Dans un monde où le dialogue avec l’extérieur se voit refusé, où le corps tend à disparaitre, les artistes pénètrent le Leviathan, l’habitent, redonnent sens à son absence et à son déplacement.

Dans l’Espace René Greisch, les dessins, peintures et installations de Didier Mahieu, invitent à une déambulation métaphorique où histoires et mythes s’entrelacent dans une fiction documentaire et narrative. La fille du pêcheur, « Haenoy »***, mesure les êtres et les paysages, témoigne, comme l’avait créée Andrew Wayeth dans « la suite Helga ». Une Odyssée où Pénélope endosse le rôle d’Ulysse. Un parcours poétique et philosophique, une voie du sacré.

En face, dans la ruine des anciennes forges, navire critique et rebelle, émerge une machinerie. Dans cette construction, les matériaux engagés par les artistes de Bento et Futur Primitif sont eux-mêmes composés d’organismes vivants, liés au feu et au souffle, pour rendre vie, autre vie, au corps, à la peau, à la chair de l’animal disparu. Leurs procédés de fabrication, in situ, leurs productions et leurs créations, nous convient à la table du vivant. Le banquet de la baleine se dresse dans le bureau des forges où, sous la charpente, coque de bateau inversée, seront présentes les traces, empreintes, estampages, croquis, témoignages de ce laboratoire de recherche du vivant, tourné vers le futur.


- - - 

*52 hertz est le nom donné à une baleine unique en son genre dont la fréquence du chant est de 52 hertz. Elle est aussi surnommée « la baleine la plus seule au monde ».
Détectée pour la première fois dans l'océan Pacifique nord en 1989, cette baleine semble être l'unique représentante de son espèce, son chant ne correspondant pas à la fréquence usuelle des chants des baleines (habituellement de 12 à 25 hertz), et ses déplacements ne suivant pas les voies migratoires du reste de l'espèce des baleines bleues.

**Dolceacqua  
Se perdre sur les chemins bordés d’oliviers de Ligurie et découvrir la carcasse échouée d’une baleine vide. Un hasard. Entrer dans le jardin où Angelo était assis. 
Il raconta à Didier Mahieu l’histoire de cette grande carcasse, lui parla du monde scientifique qui lui avait commandé le moulage de la baleine, pour le Musée océanographique de Monaco. Une amitié est née entre les deux hommes. Ils ont travaillé ensemble à la réalisation du moulage d’une raie Manta pour un projet aux Brigittines, en 2009 à Bruxelles. Puis, Angelo a quitté ce monde. En retournant sur les lieux pour remettre des photos à son fils, Didier Mahieu a revu la baleine échouée…L’aventure sans fin continue. 

***Haenyeo 
Une communauté de femmes de l’île de Jeju, en Corée du Sud, parfois octogénaires, gagne sa vie en plongeant dans la mer jusqu’à 10 m, sans masques à oxygène, pour pêcher des fruits de mer tels que des ormeaux ou des oursins. Fortes de leurs connaissances de la mer et de la vie marine, les Haenyeo (plongeuses) de Jeju pêchent jusqu’à sept heures par jour, 90 jours par an en retenant leur souffle pendant une minute à chaque plongée et en produisant un son unique en regagnant la surface. Avant une plongée, les plongeuses prient la déesse de la mer, Jamsugut, de leur assurer la sécurité et une pêche abondante. (…) 

 

 

Les artistes

Didier Mahieu est né à St-Ghislain en 1961. Formé à l’École supérieure des Arts Plastiques et Visuels à Mons, il y est professeurtitulaire de l’atelier de peinture depuis 1999.
Dans ses grandes installations, dessins, peintures, sons, photographies, films et objets dialoguent subtilement, ouvrent sur un laboratoire en perpétuel devenir… Son dessin et sa peinture, reliés au travail des maîtres anciens, restent le point de départ pour développer une mythologie personnelle, une histoire de l’intime, du sacré, du temps, de la disparition, de la métamorphose.
Son parcours compte de nombreuses expositions personnelles et collectives, notamment au Musée d’art moderne d’Ostende, Les Brigittines à Bruxelles, Chelsea Art Museum de New York, The Economist Plaza de Londres, Musée national de Pékin, Cube à Moscou, MAMAC de Nice etc.
Ses oeuvres sont entrées dans plusieurs collections publiques.


Bento est une association d’architectes qui met l’expérimentation de la matière au centre de ses réflexions. La matière vivante interroge la soutenabilité de nos modes de production actuels et leur impact sur nos modes de vie. Partant de ce constat et/ou de cette obligation, les architectes de Bento mettent un point d’orgue à l’exalter, la dépasser, pour faire le pont entre architecture, art et design.


Futur Primitif est un collectif multidisciplinaire (design – architecture – peinture) se réunissant autour de la question d’un renouveau possible du processus de faire / habiter / concevoir. En revisitant des techniques archaïques et ancestrales, et en les hybridant avec les nouveaux outils et connaissances actuelles, Futur Primitif façonne des objets de notre quotidien dont l’usage et l’humain retrouvent une place centrale. C’est en juxtaposant ces deux opposés (futur et primitif) qu’une production alternative, juste et équilibrée, serait possible, pour maintenant et demain.


Dans le cadre de la 52 HERTZ, les deux collectifs (Bento & Futur Primitif) s'unissent pour expérimenter de nouveaux modes de production et de création. Au travers d'une réflexion critique sur les modes de consommations actuelles et en s’appropriant les lieux, cette association momentanée proposera une série alternative d'objets du quotidien, où la matière, l’usage, l’humain, l’affect et la nature seront repositionnés au centre. C’est par l’hybridation du low-tech et du high-tech, et par la création d’outils sur mesure, qu’une série de mobiliers et de vaisselles in-situ verra le jour.