Retour

Du 10 septembre au 23 octobre 2022

Samedi et dimanche de 14h à 18h ou sur rdv

Traversées

Site de Montauban (Buzenol) + Musée Gaumais (Virton)

Exposition

"Traversées" est une carte blanche aux artistes Lucile Bertrand, Myriam Hornard et Sabrina Montiel-Soto. Elle s’inscrit dans une mise en lien entre le CACLB et les collections du musée Gaumais de Virton, dont les collections cheminent des Beaux-Arts aux arts industriels, passant par les coutumes et croyances, l’ethnographie et l’anthropologie.

Lire plus

Fermer

Lucile Bertrand travaille avec l’envie généreuse de révéler certaines perles du musée par la trace de leur absence. Ses moules en creux, comme les objets, disposés ou façonnés, sont des propositions poétiques et sémantiques qui disent l’émotion, ce qui reste quand tout à disparu. Avec la volonté de nous faire passer la lisière du temps et de l’espace, Lucile Bertrand installe des lés de lin ajourés, déployés, qui figurent les trois frontières et témoignent de leur porosité, de leur mouvance. Le visiteur les traverse comme jadis les fraudeurs traversaient les bornages, à la barbe des douaniers.

Myriam Hornard se tourne vers l’enfance comme transition. Avec une sensibilité palpable, elle traverse le temps sur les épaules de ceux qui ne sont plus. Ses reproductions de détails de tableaux - fronces, boutons qui cachent et dévoilent,  explorent le vêtement/témoin des déterminismes. En diffusant des fragments de cérémonies, elle dit les rites qui rythmaient les vies, marquaient les passages. Le travail de la cire issue de lieux de culte, associé aux éléments naturels, questionne enfin le rapport au vivant en  soulignant la connexion historique entre nature et sacré dans les lieux investis. 

Avec l’installation Rare est l’occasion de marcher sur les îles des dinosaures, Sabrina Montiel-Soto invite à traverser les âges immémoriaux dans une œuvre multicouche qui s’inspire du passé préhistorique, géologique et historique des lieux. Avec une grande délicatesse, elle propose différents modules articulés dans un équilibre fragile comme nos écosystèmes, et propose par accumulation d’artefacts et d’objets naturels – traces, strates dont l’empilement écrit l’histoire et les histoires - une lecture nouvelle de ces temps de la Terre.


Textes: Laurence Baud’huin, avril 2022